• Intérêts restreints et autres histoires...

    Il y a un terme que l'on retrouve dans tous les textes qui abordent Asperger : les intérêts restreints. C'est même un des critères de diagnostic. Et franchement, au départ, j'ai eu du mal à me rendre compte que j'étais concernée (et pas qu'un peu) par cette problématique ! C'est en faisant une liste de mes passe-temps passés et présents que la vérité m'a sauté aux yeux ! Car au fond, mes centres d'intérêt n'ont jamais évolué depuis mon enfance. Lecture, écriture, puzzles, ordinateurs... Quelques petits nouveaux ont émergé vers l'adolescence : criminologie, Anglais. Et plus tard : jeux vidéos (essentiellement parce que j'ai attendu ma première paie pour m'offrir une console)...

    Oui, je sais, au final ce n'est pas si "restreint" que ça (même si on remarquera que toutes ces activités peuvent s'exercer en solitaire !). Et du coup je ne me croyais pas concernée. Jusqu'à ce que je réalise que le terme "restreint" était trompeur. En fait, il est tout à fait possible d'avoir de nombreux centres d'intérêt. Mais à certains moments, un intérêt ressort du lot et prend un peu des allures d'obsession. Pour devenir un intérêt restreint.

    Et là...c'est tout à fait moi !

    Prenez la lecture. Quand je passe en mode "mordue", je me mets à acheter. Des TAS de livres. J'ai environ 500 livres qui stagnent dans ma "PAL" (Pile A Lire) et ça ne m'empêche pas de continuer à en acheter. Quand j'étais en mode "Doctor Who", j'ai acheté TOUS les romans dérivés de la série. Tous, sans exception. Ce n'est même pas de la collection, mais vraiment de la compulsion. Sur le moment, il me les faut, ça ne se négocie pas ! Idem quand je m'intéresse aux jeux vidéos : je passe mes soirées à y jouer et j'achète tous les jeux qui me font de l'oeil, alors même que j'en ai déjà vingt qui attendent que je m'intéresse à eux ! Depuis dix jours, je suis repartie dans une phase "Sims" et du coup j'ai même racheté un ordinateur pour y jouer !! Une énorme unité centrale, une bête de course, sélectionnée pour que le jeu tourne à la perfection dessus... Et j'ai acheté des tas d'extensions, de villes, etc. Me connaissant, ça va me passionner un mois à tout casser, puis ça retombera comme un soufflé jusqu'à la prochaine crise !! Mais ça, je dirais, c'est encore la partie inoffensive , même si parfois j'avoue que je culpabilise un peu devant l'étendue du désastre, ça ne suscite aucune angoisse, aucune anxiété.

    Par contre, certains intérêts restreints sont anxiogènes. Prenez mon intérêt morbide pour la criminologie, et plus particulièrement pour les tueurs en série ET la médecine légale. Je suis capable de tourner de l’œil à la vue d'une toute petite goutte de sang. Et je peux lire sans broncher des ouvrages professionnels sur la médecine légale, avec photos d'autopsies réelles, sans me sentir mal. Euh. Je peux également passer une soirée complète à regarder des émissions sur l'actualité criminelle. Pas du tout par voyeurisme ou par fascination, mais parce que je cherche à comprendre, à analyser.

    Il n'y a pas si longtemps, je me suis prise d'intérêt pour...Ebola. Je sais, c'est bizarre. C'était devenu particulièrement envahissant, je lisais TOUT sur le sujet, je suivais la page FaceBook du CDC, je collectais toutes les infos sur le sujet. A tel point que j'ai fini par virer parano. Je dégainais le gel hydroalcoolique toutes les dix secondes, je ne touchais plus à rien dans la rue (des fois qu'Ebola m'aurait guettée sur le bouton d'appel du feu rouge, sait-on jamais !), et je me tenais à distance respectueuse des gens grippés. Rétrospectivement, évidemment, je me rends compte que c'était crétin. Mais sur le coup, j'étais tellement immergée dans mes recherches que je n'arrivais plus à penser à autre chose. Au final, j'ai passé dix jours à me stresser toute seule, au point d'en avoir des insomnies ! Idiot, vous avez dit idiot ?

    Je fonctionne vraiment par phase. Je vais m'intéresser exclusivement à quelque chose, puis l'effacer totalement de ma mémoire pour un mois, six mois, deux ans...puis je vais finir par y revenir en occultant tout le reste !

    Après, tout n'est pas négatif dans cette histoire d'intérêts restreints. Par exemple, la gestion de mon argent fait partie de mes intérêts restreints. Heureusement, d'ailleurs, parce que ça permet de limiter les dégâts au niveau achats compulsifs ! Je connais plein de combines pour gagner de l'argent, surtout sous forme de chèques-cadeaux, ou encore pour tester gratuitement des produits (j'ouvrirai d'ailleurs une rubrique là-dessus...). Je suis une maniaque du compte en banque, je fais des rapprochements bancaires matin ET soir. Bon, on va dire que c'est une déformation professionnelle : je suis comptable. Enfin, comptable, c'est un bien grand mot vu que je n'ai aucune qualification, mais il n'empêche que c'est bien l'intitulé de mon poste.

    Autre exemple : l'Anglais. J'étais d'une nullité navrante en classe, car la méthode utilisée par les profs ne me convenait pas du tout. Je me suis remise à niveau avant le bac, en achetant des manuels et surtout en commençant à correspondre avec des Américaines. Je me souviens de l'air outré de ma prof quand elle m'a rendue ma toute dernière copie. J'avais 16. Jusque là, je n'avais jamais la moyenne. Elle m'a demandé : "Mais pourquoi as-tu attendu aussi longtemps ?" Pourquoi ? Parce que mon intérêt pour la langue était personnel, et que j'étais donc motivée. Quand on voulait m'obliger à m'y intéresser, ça ne m'intéressait pas ! Mais quand c'est devenu quelque chose de personnel, j'ai découvert que ça me passionnait ! Maintenant je suis quasi bilingue, même si évidemment, faute de pratique, je parle Anglais comme une vache Espagnole (j'ai un accent épouvantable). Je voudrais faire un séjour linguistique mais j'avoue que j'hésite depuis des années, principalement parce que j'ai tendance à me sentir mal dès que je sors de ma zone de confort. Je pense que j'en parlerai dans un autre post, un de ces jours. Je peux lire des romans entiers en Anglais, sans dictionnaire. Je peux surfer sur des forums anglophones (je fréquente notamment Aspies Central, qui est un espace de discussion très convivial...) et m'exprimer sans mal. J'ai d'ailleurs toujours des correspondantes Américaines et Anglaises. Je regarde toutes mes séries en VO (généralement avec le sous-titrage en anglais, parfois sans sous-titrage du tout)... Bref, si je parais un peu obsédée par la langue anglaise, il faut quand même admettre qu'à l'arrivée il n'y a que des points positifs !

    Mais évidemment, pour l'entourage, ça peut vite paraître bizarre, voire "gonflant" quand on commence à parler en boucle de ce qui nous intéresse, sans prêter attention aux différents signaux qui prouvent pourtant bien que Tartampion, en face, se fiche totalement de ce que vous lui racontez ! Encore qu'en ce qui me concerne, ma nature solitaire m'évite un peu ce type de débordements !

    « Un site à voir !Être zen ? mission impossible ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Mai 2015 à 10:48
    Elora

    "En fait, il est tout à fait possible d'avoir de nombreux centres d'intérêt. Mais à certains moments, un intérêt ressort du lot et prend un peu des allures d'obsession. Pour devenir un intérêt restreint." Ce n'est pas moi du tout. Lol

    J'adore le cheval. J'adore la papeterie (les carnets et les stylos plumes très précisément !). J'adore le scrapbooking. J'adore lire. J'adore la photo. J'adore les timbres. J'adore les châteaux de la Loire (surtout Saumur !). J'ai des périodes où je commente pas mal les blogs. Mais, en général, c'est un à la fois. Et ces centres d'intérêt ne sont que ceux qui reviennent régulièrement. 

    Dans ces conditions, je ramène tout à ça. Et ça paraît non seulement bizarre mais saoulant ! :)

    J'ai eu une période cinéma, une période découvrir de la musique.  Je viens de découvrir le Bullet Journal.... Bref. ^^

    2
    Mardi 5 Mai 2015 à 15:51

    @ Elora : tout pareil ! Je n'ai pas parlé dans mon article de ma phase "Italien" mais c'était impressionnant... Je m'étais mise en tête d'apprendre l'Italien, j'avais acheté un énorme dictionnaire, des tas de manuels, un logiciel, j'écoutais Laura Pausini en boucle, je faisais des exercices le midi sur mon temps de pause, bref, une vraie dingue ! Et je cassais les pieds à tout le monde avec ça, je parlais de partir en Italie faire un séjour linguistique, etc. Résultat des courses : effet soufflé, ça a refroidi et c'est retombé platement ! D'autant que l'Italien évoquait de mauvais souvenirs lié au Latin que j'avais appris au lycée !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :