• Phobos, tome 2

    Série : Phobos

    Tome 2

    Auteur : Victor Dixen

    Genre : jeunesse / science-fiction

    Avis rapide : biggrin

    Résumé : ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN. Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

    ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. MEME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE, IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

    Le problème, quand on a adoré un premier tome, c'est qu'on place toujours de gros espoirs sur le suivant. Quitte à être (un poil) déçu... 

    Je ne peux pas dire que j'ai détesté cette suite, car me voici exactement dans le même état qu'après lecture du premier volet : j'attends déjà impatiemment de connaître la suite des aventures de nos pionniers... Cependant, je suis quand même un peu mitigée quant à la direction prise par l'histoire.

    En premier lieu, je dois reconnaître que je me suis vraiment ennuyée durant toute la première moitié du roman. Et ça, c'est ballot. Je l'ai commencé durant ma première semaine de congés, je l'ai terminé deux jours avant leur fin. Durant tout ce temps, j'ai essayé de m'immerger dans l'histoire, sans grand succès. Mon intérêt est remonté en flèche après l'épisode des mariages, mais dans l'ensemble je n'ai pas retrouvé le rythme entraînant du premier tome. Et rien que ça, c'est quand même un peu décevant. J'ai trouvé que les transitions entre ce qui se passe sur Mars, chez Serena ou du côté d'Andrew manquaient de naturel, alors que dans le premier tome on s'y croyait vraiment.

    Deuxièmement, j'ai trouvé que c'était parfois "too much", comme diraient nos amis anglophones. Et très sincèrement, quand on sombre dans l'exagération, parfois on a du mal à rester crédible. Bon, vous me direz, une histoire de télé-réalité qui se passe sur Mars, déjà, à l'origine, ce n'est pas "réaliste", pas encore en tout cas. Mais là, à force de charger la mule, disons qu'elle finit par avoir du mal à avancer... Les personnages avaient déjà leur part de malheur dans le tome 1 (malheur lié à leur passé) mais là...on en rajoute une couche, et ça devient vraiment "trop"... De plus, j'ai trouvé que beaucoup de protagonistes étaient laissés de côté. Au final, seuls Léo, Marcus, Mozart et Alexei sont vraiment mis en avant dans ce second volume. Les autres ne font quasiment que de la figuration, alors que dans le premier tome ils avaient beaucoup plus d'épaisseur.

    Enfin, et ce sera mon ultime reproche, j'ai trouvé que Léo s'était considérablement radoucie, pour ne pas dire ramollie, depuis son mariage... Elle qui affirmait ne pas croire en l'amour est devenue une petite chose fragile et énamourée. Allez, je vous l'accorde, mon agacement à ce propos est sûrement motivé par mon non-sentimentalisme légendaire.

    Bref, je suis un peu embêtée. Car au final, j'aime toujours autant cet univers si particulier, et j'ai hâte de connaître la suite de l'affaire. Mais vraiment, je m'attendais à mieux, et donc je ne peux pas dire que j'ai adoré cette suite... Un avis en demi-teinte, donc.

    « La solitude, ce paradoxe...La Saint-Valentin et moi... »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :