• Quand la solitude dérange...les autres !

    C'est un des plus gros mystères de l'univers, en tout cas pour moi : pourquoi Diable faut-il que la solitude (la mienne en l'occurence) dérange à ce point les gens qui gravitent autour de nous ? Attention, je parle bien ici d'une solitude choisie, voire même carrément bénéfique. Dans mon cas, je dirais qu'elle est totalement, définitivement et irrémédiablement indispensable.

     

    Je ne suis pas une sauvage, pourtant. Certes, je vis dans une grotte (mon appartement ayant un joli salon de type troglodytique, j'aime bien dire que j'habite dans une grotte, ça va bien avec mon côté ermite !) mais j'en sors, ne serait-ce que pour aller gagner ma croûte, pour aller remplir le frigo ou pour le plaisir de faire trembler mon porte-monnaie en allant traîner mes guêtres à la librairie du coin. Je sais dire "bonjour", "au revoir", et vu le nombre de personnes qui m'abordent pour me demander leur chemin, je ne dois pas avoir l'air si patibulaire que ça. Simplement...je n'ai pas besoin de plus.

     

    Et ça, ça dérange les gens. Pour une raison totalement bizarre et incompréhensible. De mon point de vue, toujours. Je peux discuter un quart d'heure avec une collègue, ce n'est pas pour autant que je vais bondir de joie si elle m'invite à manger au restaurant avec d'autres. Je ne cherche pas de contacts prolongés, une petite discussion superficielle me suffit. Une fois la journée finie, ou l'heure du déjeuner arrivée, je me "débranche" de ce côté social qui n'est pas naturel chez moi et je retrouve le calme, le silence, la tranquillité de mon logement. Et j'en suis heureuse !!

     Ma grotte !!!

     

    Vous me direz : parfois il faut se forcer, aller contre sa nature, essayer de sortir de sa bulle pour pouvoir tester et dire "j'aime" ou "je n'aime pas"... Je suis d'accord. Je l'ai même fait, figurez-vous. L'an dernier, j'ai pris comme résolution de "m"ouvrir un peu plus". J'ai accepté des invitations (sous le regard médusé de gens qui me connaissent depuis  plus de dix ans et qui avaient l'air de se demander ce qui pouvait bien m'arriver...), je suis allée au restaurant sept ou huit fois dans l'année (exploit s'il en est, normalement c'est deux fois par an grand maximum)... Et ?

     

    Franchement, ce n'est pas pour moi. Pourtant j'y suis allée doucement, aucune sortie le soir (c'est inconcevable pour moi !), pas d'endroits surpeuplés (mon cauchemar : mettre les pieds dans une boîte de nuit !) et pas de sorties avec des personnes qui m'insupporteraient. N'empêche. Je n'ai pas apprécié. Et je SAIS que ça s'est vu, même si j'ai essayé de ne pas le montrer. La vie sociale, ça n'est simplement pas pour moi. Pas seulement parce que ça me vide de toute mon énergie et que ça se finit forcément par une grosse crise de migraine qui ne me lâche plus pendant deux jours... Mais aussi et surtout parce que j'ai l'impression de jouer un rôle, de ne pas être vraiment moi, et que ça, je ne peux plus le supporter.

     

    Alors oui, maintenant, je suis honnête. On m'invite. Je réponds que je n'aime pas sortir, que je préfère être au chaud dans ma grotte, que j'ai des habitudes de mamie et que ça me plait bien comme ça. Et...ça choque. A croire que les gens aimeraient mieux que je leur dise : "oh, tu sais, je n'aime pas ça, mais je vais le faire quand même pour prétendre être comme tout le monde, tu n'auras qu'à faire semblant de croire que je suis contente d'être là !"...

     

    Je ne comprends pas non plus pourquoi on m'assomme régulièrement de phrases du genre :

    "Mais tu n'as pas d'amis ? tu fais quoi pour t'occuper alors, si tu ne sors pas ?"

    "Ah mais tu imagines, tu vas vieillir seule, c'est horrible !"

    "Un jour tu regretteras, tu te diras : "si j'avais su"..."

    "Tu dis que tu aimes la solitude, mais tu en souffres sûrement, ce n'est pas possible autrement."

     

    ...et j'en passe.

     

    Parfois, je me dis que les gens qui me font ces réflexions sont juste jaloux, sans le savoir. Parce qu'ils adoreraient être capables de vivre seuls, sans se sentir mal, angoissés, perdus, déboussolés, inutiles et qu'ils savent tout au fond d'eux qu'ils ne le peuvent pas. Nous vivons dans une société où, avant d'exister pour soi, on doit exister pour les autres. Alors prendre du temps pour soi, avoir des loisirs à soi, ne pas éprouver le besoin de partager son temps libre avec d'autres, c'est limite une manifestation d'égoïsme... C'est malsain, bizarre, étrange, dérangeant. Pas normal.

     

    Ce qui m'attriste un peu, dans tout ça, c'est que les enfants d'hier, qui me reprochaient mon côté solitaire, mon mutisme, le fait que je préfère passer la récréation avec un livre plutôt qu'avec eux...sont devenus les adultes d'aujourd'hui. Toujours pétris des mêmes préjugés. Incapables de tolérer la différence, à défaut de la comprendre.

     Mon rêve : une île déserte !

     

    Parce que, quand même, j'aimerais qu'on m'explique en quoi MA propre solitude peut bien déranger leurs existences à EUX ?

     

    Mystère et boule de gomme...

    « Un monde d'autruches ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 26 Avril 2015 à 18:52
    Ce qui les dérange, ce n'est pas ta solitude, c'est le fait que tu as trouvé ton équilibre et que tu es heureuse avec. Et c'est cela qui les rends jaloux et envieux car eux n'ont pas su trouver l'équilibre indispensable pour eux et ne sont pas heureux de leur vie ! C'est peut-être un peu extrême ce que je dis mais je ne dois pas me tromper de beaucoup ! ;-)
    2
    Lundi 27 Avril 2015 à 09:36

    @ Ussy82 : je suis persuadée que tu as raison ! yes Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui voudraient être capables d'être heureux seuls, qui n'y arrivent pas et qui jalousent ceux qui y parviennent naturellement... en oubliant qu'à la base c'est juste une question de caractère !

    3
    Lundi 27 Avril 2015 à 11:47
    Elora

    Tu m'imagines, le soir, avec ma tasse de thé, mon bouquin, mon plaid, mes chats couchés près de moi sur le canapé (l'un sur le dossier et l'autre contre ma jambe) ? Alors que j'habite tout à côté de Bourges et qu'on est en plein Printemps de Bourges, avec les derniers chanteurs à succès !


     


    Le nombre de gens qui ne comprennent pas que je ne veuille pas y aller est énorme ! Seulement, peu de chanteurs/musiciens à la mode m'attirent et la foule me rebute littéralement. Quand je fais des visites culturelles, c'est systématiquement en tout tout début de saison ou en toute fin. Je calcule soigneusement quand je vais en courses pour qu'il y ait le moins de monde possible.... Ma vie n'est que calcul pour éviter un maximum que l'on me force à sortir de ma bulle !


     


    Et,  4 personnes sont déjà venues chez moi : mon fils, ma mère, mon père et Flo, ZE copine sans qui je n'irais pas aux championnats de France d'équitation (et même bien accompagnée, j'ai du mal).


     


    "Mais tu n'as pas d'amis ? tu fais quoi pour t'occuper alors, si tu ne sors pas ?"


    "Ah mais tu imagines, tu vas vieillir seule, c'est horrible !"


    "Un jour tu regretteras, tu te diras : "si j'avais su"..."


    "Tu dis que tu aimes la solitude, mais tu en souffres sûrement, ce n'est pas possible autrement."


     


    J'ai si souvent entendu tout ça. J'ai essayé de faire des efforts, d'accepter des invitations... mais je n'ai pas apprécié. Il m'est même arrivé au dernier moment d'annuler. Plus fort que moi. Tant sortir (et, en plus, avec des gens !) me stresse !


     


    Et clairement, ça a du se voir que je n'étais pas à mon aise. 

    4
    Lundi 27 Avril 2015 à 15:19

    @ Elora : Tu vois, par naïveté je pensais qu'on te fichait davantage la paix vu que tu es maman !! C'est dingue quand même cette façon de se mêler de la vie des gens...

    Moi j'habite dans l'ancien fief de Jack Lang, et niveau vie culturelle il y a ce qu'il faut aussi, à commencer par BD Boum ou les Rendez-Vous de l'Histoire. Mais idem, je n'aime pas la foule, donc je n'y vais jamais... et comme les endroits où ça se déroule sont pile sur mon trajet maison/boulot, j'ai tendance à contourner l'ennemi pour éviter le monde. Et pour les courses, tout pareil, j'y vais le dimanche matin à l'ouverture ! Ce qui fait dire que j'ai "des habitudes de vieille"... bah ouais et alors ?? Quand je dois aller chez le dentiste, par exemple, je prends toujours mon rendez-vous le samedi à l'ouverture pour avoir la paix (personne dans le cabinet, pas de retard...)... Quand je peux aller chez le coiffeur entre midi et deux, je le fais... ^^ 

    Le soir je suis du genre "au lit avec mon lit et le toutou en boule contre moi" (à défaut de chats, le Chihuahua fait plutôt bien l'affaire, lol) et c'est pareil, ça défrise les gens... Je ne te parle pas des réveillons ("comment ça tu ne sors pas pour le Nouvel An ?!") ou des anniversaires, que j'ai toujours fêté en petit comité (ça veut dire mes parents et moi, et basta !)... J'ai toujours été comme ça, et je me souviens des regards horrifiés quand j'ai osé dire que je n'avais rien fait de spécial pour mes 18 ans...

    Et je suis pareille pour les annulations au dernier moment. Je l'ai fait souvent, alors maintenant je m'oblige à être franche dès le début et à dire non, quitte à tourner le truc en dérision ("oh tu sais, moi je suis une ermite, je préfère rester dans ma grotte"). Parce que bon, dire oui pour ne pas avoir l'air bête, puis se désister au dernier moment, ce n'est pas brillant... Et puis quand je me force, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, j'ai l'air crispée, je ne parle pas, bref, je plombe l'ambiance, je ne vois pas du tout l'intérêt !

    5
    Mardi 28 Avril 2015 à 10:48
    Elora

    C'est moche d'être naïve wink2 Les gens sont pareils avec tout le monde. Ils s'imaginent que je peux me permettre de payer une nounou pour sortir (rien que l'idée d'inviter quelqu'un que je ne connais pas me rebute !)

     

    Perso, généralement, je commence par dire non mais je dis "oui" quand les gens insistent trop et je me désiste au dernier moment. Petit mais plutôt efficace : les gens n'essaient souvent plus après. 

     

    Pour être jeune, on doit être capable de supporter la foule ? Et bah je ne serais jamais jeune. Na ! ^^

    6
    Mardi 28 Avril 2015 à 14:39

    @ Elora : comme je dis toujours, je suis née vieille. beurk

    Au boulot les collègues ont fini par comprendre que ça ne servait à rien de m'inviter donc ils ont arrêté aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :